Vandalisme sur la statue du général Wolfe à Québec

 


Un policier tente de désamorcer une bombe du FLQ placée dans une boîte aux lettres à Westmount.Année: 1963. © Historica Auteur: Inconnu. Référence: Site Internet Historica : http://www.histori.ca/.

[29 mars 1963]

Le monument élevé à la mémoire du général Wolfe sur les Plaines d'Abraham est renversé. Ce geste d'éclat contribuera à faire connaître un groupe terroriste favorable à l'indépendance du Québec : le Front de libération du Québec (FLQ).

Le 20 avril, un veilleur de nuit, Wilfrid O'Neil, sera tué par une bombe au centre de recrutement de l'armée, rue Sherbrooke, à Montréal. Le 17 mai, douze bombes sont posées dans autant de boîtes aux lettres à Westmount, une ville dont la population est majoritairement anglophone. Plusieurs sont neutralisées, mais une saute entre les mains du sergent Walter Leja, un expert en désamorçage. Cette journée mouvementée incitera le gouvernement québécois et la Ville de Montréal à prendre des mesures pour contrer les terroristes mais, trois jours plus tard, le 20, une autre bombe explosera, cette fois dans la caserne du 2e régiment du corps de génie de désamorçage de l'armée canadienne.


En référence: La Presse, 18 mai 1963, p.1 et 2, 21 mai 1963, p.1 et 3.
En complément: Louis Fournier, F.L.Q : histoire d'un mouvement clandestin, Montréal, ditions Québec/Amérique, 1982, 509 p. Marc Laurendeau, Les Québécois violents, Montréal, Boréal, 1990, 351 p. FLQ : un projet révolutionnaire : lettres et écrits felquistes (1963-1982), Outremont, VLB, 1990, 275 p. Gabriel Hudon, Ce n'était qu'un début : ou, La petite histoire des premiers pas du FLQ, Montréal : Parti pris, 1977, 176 p.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle - Directeur: Jean-Herman Guay Perspective monde