Publication du Livre blanc sur le projet de souveraineté-association

 


René Lévesque le soir du référendum.Année: 1980. © nd Auteur: Inconnu. Référence: Collection privée.

[1 novembre 1979]

Le gouvernement du Parti québécois dirigé par René Lévesque rend public un Livre blanc sur la souveraineté-association. Cet ouvrage de 116 pages intitulé «D'égal à égal - La nouvelle entente Québec-Canada», contient l'essentiel du projet que le Parti québécois (PQ) s'apprête à soumettre à la population par voie de référendum.

Le 23 février 1979, l'exécutif national du PQ rendait public son manifeste «D'égal à égal» ainsi que ses propositions sur la souveraineté-association. Celles-ci furent discutées et modifiées au congrès du parti, en juin 1979. Dans le Livre blanc, les dirigeants du Parti québécois (PQ) tentent de mettre en contexte la démarche qu'ils s'apprêtent à soumettre à l'électorat québécois : «Nous voici tous, Québécois et Québécoise, arrivés à un moment décisif, à un carrefour. Après des années de discussions, de crises constitutionnelles, d'enquêtes et de rapports, le temps est venu de choisir librement, démocratiquement (...) Le gouvernement du Québec a acquis la conviction que notre épanouissement, comme peuple exige la transformation du fédéralisme actuel en une nouvelle association, au sein de laquelle le Québec, dans le cadre d'une union économique et monétaire, jouirait, tout comme le Canada, de tous les pouvoirs d'un pays souverain. Cette nouvelle entente, d'égal à égal est la seule voie qui correspond à notre passé, répond aux exigences du présent et permet notre progrès futur (...) Nous avons, au Québec les ressources, le talent et le savoir qui nous permettent d'assumer, en toute sérénité, la maîtrise de nos affaires et de relever les défis de notre croissance générale, notamment dans le domaine économique. Nos atouts, à cet égard, peuvent même être qualifiés d'exceptionnels.» La réplique fédéraliste ne se fait pas attendre. Le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, qualifie le Livre blanc de «document tactique tout à fait dans la lignée de l'étapisme», alors que le chef de l'Opposition libérale à l'Assemblée nationale, Claude Ryan, s'interroge sur la cohérence d'une démarche qui parle à la fois d'indépendance et d'association. Il fait en quelque sorte référence à un des passages de l'Appel au peuple du Québec du premier ministre Lévesque dans lequel il est écrit : «Cette souveraineté, nous la plaçons dans le cadre d'une nouvelle association avec le Canada, nous insérant ainsi dans l'évolution de plus en plus universelle du monde moderne. Un monde tout grouillant de membres à part entière du club des États souverains, mais où les frontières tendent constamment à s'abaisser (...) Il ne s'agit pas d'une utopie, mais de cette interdépendance que tous les peuples doivent désormais admettre et aménager entre eux.» Le référendum sur la souveraineté-association aura lieu le 20 mai 1980.


En référence: Conseil exécutif de la province de Québec, La nouvelle entente Québec-Canada : proposition du gouvernement du Québec pour une entente d'égal à égal: la souveraineté-association, Québec, Éditeur officiel, 1979, 118 p.
En complément: Pierre Godin, René Lévesque : (tome III) l'espoir et le chagrin, 1976-1980, Montréal, Boréal, 1996, p.481-485. Graham Fraser, Le Parti québécois, Montréal, Libre Expression, 1984, 432 pages.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde